Un périple dans le Sud Corse en motocyclette classique

par Didier29

 

Ayant tout chargé dans le fourgon, moto, bagages, outils et pièces de rechanges au cas où la bonnie rencontrerait des soucis, départ de la région parisienne en cette fin de mai 2015 et nous voilà en direction de Nîmes où un pote m'a hébergé en gite étape (merci à lui, il se reconnaîtra). Le lendemain après-midi, direction  Toulon pour attraper le ferry qui part à 23h00 pour Ajaccio. Arrivée le lendemain matin dans le golfe d'Ajaccio à 7h00 et débarquement dans la foulée. Ca traîne par chez Corsica ferries. On sent que la machine est rôdée. Une vingtaine de motos sortent en premier du bateau,  dont beaucoup d'étrangers (allemands) avec leur BMW rutilantes et hautes perchées. On les croirait parti pour le Dakar! Un petit café pour se remettre en forme et direction Olmeto plage près de Propriano où on a loué une petite roulotte dans le camping " le ras le bol" (à recommander). Comme on a pas beaucoup dormi sur le bateau, on décide de se reposer au camping et bien nous en a pris car un gros orage éclate et des trombes d'eau s'abattent toute l'après-midi sur notre bicoque. Bref, notre périple moto commencera donc mercredi.

Voyage Corse du Sud en moto classique

 


Mercredi 27/05 ( beau temps, 21°)

On décide de ne pas trop s'éloigner et de longer la côte à partir de Propriano jusqu'à Compomoro par la D121. On y découvre un petit hameau tranquille avec sa jolie petite plage

Quelques bars, restos et côte préservée. On y reviendra pour se baigner, c'est sûr. Ensuite, retour sur nos pas pour aller vers Sartène et récupérer  la D48 et ensuite Tizzano à droite. A Tizzano, on peut continuer sur un chemin de terre carrossable qu'il ne faut pas hésiter à prendre car les petites plages et criques y sont accessibles depuis ce chemin. Quelques passages à gué avec la bonnie mais rien de méchant. Le seul truc qui m'angoisse un peu, c'est la crevaison. Petite baignade dans une eau à 19°.C'est un peu frisquet mais une fois qu'on est dedans, ça va. Retour vers Sartène où on découvre une ville haute perchée. On s'arrête sur la place centrale,  là où tous les motards s'arrêtent, en fait pour y boire un pot, une Pietra en l'occurrence. Avec la bonnie, on attire les regards. Les locaux ne doivent pas être habitués à voir ce type de moto chargée avec deux passagers

 

 

La fin de journée s'annonce et retour à Olmeto plage. La virée fait 110 km. La bonnie s'est bien comportée pour le 1er jour et rien à signaler côté maintenance.

 

Jeudi 28/05 ( beau temps, 23°).

Aujourd'hui, ce sera une virée en montagne. Nous voilà donc parti en direction de Propiano et avant Sartène, on tourne à gauche en direction de Levie (D69). On passe par Sainte Lucie de Tallano où on s'arrête boire un pot puis on continue vers Levie . La route est montagneuse et ça tournicote joyeusement. Avec la bonnie, je roule tranquille et quand un 2A en caisse est à mes fesses, je lui laisse le passage (après tout, je suis en vacances et il y en a qui bossent!). A Levie, on pique à droite direction le col de Carbini. La descente est parfaite avec une route refaite à neuf. A Sotta, on prend la D859 pour aller vers Figari où on s'arrête dans un resto pour casser une croûte. Après Figari, avant de récupérer la N196, je roule sur un trou dans la chaussée et j'entends la béquille centrale tomber au sol. Arrêt d'urgence et je constate que le ressort a sauté.

 Impossible à remettre en place alors  je mets un bout de fil de fer pour bloquer provisoirement la béquille et s'est reparti. Sur la N196, je décide de descendre quelques km en direction de Bonifacio. Sur la droite, partent plusieurs chemins qui mènent vers des plages vraiment désertes à cette époque. On est seul au monde et j'aime ça. Après la baignade, retour sur Olmeto par la N196 qui est roulante. En cours de route, il y a un très beau point de vue sur le rocher du lion de Roccapina.  

Un bar est juste en face si on a soif et la patronne est sympa, souriante et causante ( c'est pas le cas partout...). Retour au bercail et 159 bornes parcourues dans la journée. Un petit incident avec la béquille sinon, tout est ok.


 

Vendredi 29/05 ( beau temps, 23°).

Aujourd'hui, on remonte un peu par la côte en direction d'Ajaccio. Direction Porto Pollo par la D157 puis à droite la D155 en direction de Serra di Ferro. Là, on s'arrête obligatoirement tellement la vue sur le golfe de Valinco est belle. Un bar avec sa terrasse nous appelle et on s'y jette une bière locale, une PIETRA évidemment.

 

 

On continue notre route vers Portigliolo et ensuite Verghia où on s'arrête pour manger sur une petite plage sympathique en bord de route (on a prévu notre casse-croûte dans notre besace). Baignades et bains de soleil et retour par la  même route tellement celle-ci est chouette  à rouler. Retour au camping et seulement 98 km effectués dans la journée mais 98 km de virages...RAS côté moto, ça roule ma poule!

 

Samedi 30/05 ( beau temps, 23/24°)

Aujourd'hui, on descend en direction de Bonifacio mais sans aller jusque là. On projette d'y passer la journée les prochains jours. On s'arrête au niveau de la Tonnara où l'on découvre une belle petite plage circulaire avec un seul et unique resto/bar (au cas où on aurait soif...)

 En face, un petit ilôt protégé et garni d'oiseaux maritimes ( pas pu détecter le modèle...). L'eau est toujours aussi fraîche à 19°. Retour sur Olmeto et 141 km parcourus. Bonnie, ras.

 

 

 

Dimanche 31/05 (beau temps et 24°)

Ce sera virée en montagne par ce beau dimanche ensoleillé. Pas de risques d'orages à l'horizon et direction le col de LEVIE en passant par Ste Lucie de Tallano puis le col de Zonza par le D268. Arrêt PIETRA à Zonza + achat de quelques babioles locales et on repart.

En fait, j'essaye de redémarrer  mais la bonnie pisse l'essence par le carbu de droite. Le pointeau du flotteur est coincé et c'est vite résolu en tapotant sur la cuve avec ma clef à bougie. Ça repart sans encombres par la D420 en direction de Quenza, Serra di Scopamène puis passage par le col de la Veccia puis Zivaco. Il faut se méfier sur la D69 car elle est bordée d'enclos à cochons qui traînent sur le bord de route puisque ces fameux enclos sont tous ouverts! Attention aussi aux vaches qui prennent l'ombre aux bords des routes. A Zivaco, je prends à droite la D757A pour récupérer la D83 jusqu'à la N196. Quelques km sur celle-ci puis la D55 (petite route étroite et chaussée pas terrible, mef) , D302 puis D157 pour retour sur Olmeto plage. Virée de 168 km et bonnie ok sauf carbu droit.


 

Lundi 1er juin (beau temps et 24°).

C'est jour relâche pour la bonnie et les fesses de madame qui n'ont pas supportées le régime montagneux de la veille. On passera la journée à Propriano en profitant de ces bars, restos et plages. On y va quand même avec la bonnie histoire de faire tourner les roues (30 km A/R).

Mardi 2 juin (beau temps, 24°).

C'est parti pour Bonifacio et alentours. La route se fait sans encombre par la N193 que je commence à connaître par cœur. Arrivé sur place, on découvre un des joyaux de la Corse. On gare la bonnie en bas de la citadelle et on commence à se balader dans les ruelles étroites bourrées de restos, bars, magasins de souvenirs. On prend quelques photos car la vue à partir de la muraille est superbe

Après cela, direction le marché local (uniquement le mardi matin). Celui-ci se situe juste à côté de la mairie et se caractérise par sa petitesse. On pensait découvrir un grand marché et on se retrouve avec seulement quelques étals (produits locaux, fruits, légumes, charcuterie et fromages + vêtements). On y achète quelques fruits afin de les déguster plus tard sur la plage. Après ce bain de foule (sans que ça paraisse, il y a du monde même à cette époque), nous repartons en direction de Porto Vecchio pour la plage de la Maora où l'on a décidé de prendre notre bain journalier.  On y découvre une petite plage vraiment chouette avec ses eaux claires et calmes. Un petit ponton pour accueillir quelques bateaux et une paillotte branchée où les prix doivent flamber aux heures de pointe. Ça doit swinguer un max en plein été! Retour sur le camping le ras le bol et 161 km effectués dans la journée. La bonnie marche toujours à merveille.

 

Mercredi 3 juin (beau temps et 24°)

De nouveau, nous décidons d'explorer quelques routes montagneuses

En discutant avec  la proprio du  camping sur les coins à visiter, nous nous dirigeons vers le camping/resto à la ferme " la rivière" situé sur la route menant à Levie (quelques km à gauche après le lycée agricole).  Accueil aimable et souriant. Arrivé un peu tôt pour l'apéro, alors en attendant, on profite de la rivière et de son eau plus que fraîche juste en contre bas du resto. Retour au bar où l'on va découvrir les spécialités locales (vin de myrthe, brocchiou frais maison et j'en passe). Un vrai délice et pour un prix tout à fait raisonnable et en prime, le sourire de la serveuse. Le patron, qui fût un temps a roulé en Vmaxxxxx ( j'arrive pas à traduire l'accent mais ça vaut le détour) nous offre le café/digeo. Sur son conseil,  on reprend la moto pour aller aux bains de Caldane situés quelques km plus loin en remontant vers Sainte Lucie. Agréable surprise que cet endroit tout propret et équipé de 3 bassins d'eaux thermales. Pour 5 euros par personne, on y passe l'après-midi, alternant bains à 37°et farniente sur une chaise longue. Après cela, nous décidons de tester à nouveau l'eau vive de la rivière qui coule en contrebas de Zoza. Beaucoup de petits coins sympas avec des bancs minuscules de sable blanc pour y poser sa serviette de bain

Méfiance tout de même au lâcher de barrage et surveillance de la météo par rapport aux orages qui ne manqueraient pas de gonfler le cours de la rivière en peu de temps. 18 h00 et nous n'avons pas vu passer l'après-midi. Nous repartons donc vers Propriano où je bifurque en direction de Viggianello, Arberllara, Fozzana , Santa Maria de Figaniella (D19). Ce petit circuit est vraiment très sympa à faire à moto  rien que pour la vue sur la baie  avec Propriano tout en bas. Retour au camping et 118 km de plus au compteur et toujours rien à signaler côté mécanique.

 

Jeudi 4 juin (beau temps, 29/30°)

Porto Vecchio sera notre destination du jour. La route pour y aller est simple: Cols de Levie, Zonza, par D268 puis descente sur Porto Vechio par D368 . Une belle cascade à voir dans la descente ( faut marcher un peu quand même). Arrivée à PV, on constate tout de suite que le standing de la ville est élevé. On traverse sans s'arrêter et préférons aller directement vers les plages de la Palombaggia en prenant la petite départementale qui fait le tour du golfe. Comme on a la dalle, on s'arrête dans le 1er resto qu'on voit. La vue est tout simplement magnifique et on déjeune quasi les pieds dans l'eau face à une eau turquoise et sables blancs. Même à cette période et un jour de semaine, Il y a affluence à midi. L'été, ça doit être horrible...Après ça, on bouge de quelques mètres pour poser les fesses sur une des plus belles plages rencontrées jusqu'alors. 16h30, c'est l'heure de repartir et n'ayant pas envie de me taper toute la montée vers Zonza, je prends la D859 en passant par Sotta et Figari. La route est beaucoup moins sympa mais je file à belle allure vers Propriano. 199 KM dans la journée et miss bonnie respire la santé.

 

Vendredi 5 juin ( beau temps ,29/30°)

 

Après le périple d'hier, nous décidons de faire relâche et nous nous dirigeons vers Campomoro qui nous avait tapé dans l'œil la 1ere semaine. Repas sur la plage, baignades et bains de soleil, petite bière fraîche à la terrasse du bar juste à côté,  le top quoi. Le patron du bar arbore fièrement un drapeau de la FFMC

 50 bornes aller/ retour, de la rigolade!

 

Samedi

Fin de nos ballades à moto dans cette partie de la Corse. Je remballe la bonnie dans le fourgon et direction AJJACIO  pour attraper le ferry de 15h30 pour Toulon.

Bilan: 1200 bornes sur les routes du sud Corse et qu'une seule envie, y revenir!

Sûrement très bientôt pour visiter le nord.

 Merci à Didier 29 pour ce récit de voyage

 

www.motos-anglaises.com est une coopérative Internet dédiée à la moto classique d'outre manche, un espace de liberté où tous apportent leur grain de sel. Nous aimons les motos anglaises de tradition, les pannes au bord de la route, les tâches d’huile dans notre garage … Nous souhaitons partager nos connaissances dans la convivialité (presque toujours), la tolérance (obligatoire) et la bonne humeur.

webmestre@motos-anglaises.com